fbpx

Essai de la Porsche 991 GT3 RS 2015 par Walter Röhrl

La nouvelle Porsche 911 GT3 RS version 991 GT3 ou encore 2015 fait rêver. Bien peu d’entre nous vont pouvoir en prendre le volant. Qu’à cela ne tienne, vivez ici un petit tour de circuit en compagnie de Walter Röhrl le champion des rallyes allemand. Cette fantastique machine de route qu’est la GT3 s’améliore de génération en génération. Avec 360 cv la toute première 911 GT3 était déjà un monstre, alors que dire de la toute dernière GT3 RS et de ses 500 cv ?

Le plus fort c’est qu’en gagnant en puissance et en performance, la 991 GT3 RS devient aussi de plus en plus facile à conduire. La nouvelle RS se distingue extérieurement de la version normale par des ouïes d’évacuation d’air sur les ailes avant très réussies qui renforcent encore le coté agressif de la bête. Comme toute 991 GT3 elle bénéficie de l’évolution des trains avec un train avant élargi et plus incisif et des roues arrières reculées afin de diminuer le porte à faux arrière. Les deux modifications allant de pair elles donne à la 991 un comportement un peu moins typé 911 sans en altérer l’efficacité notamment en accélération et au freinage.
 
Sur cette vidéo, on peut voir que la GT3 RS se conduit presque comme une sportive comme les autres, jamais traitre, on ne voit aucune amorce de survirage sur la vidéo, et on entend les pneus quand elle dérive du train avant ou des 4 roues.
La boite séquentielle à 7 rapport est aussi efficace que bien étagée et rapide. Tenant fermement à la boite classique jusqu’à présent, Porsche est passé avec maestria à la boite séquentielle. Il faut dire que ce n’est pas une première puisque les célèbre Porsche 962 qui ont gagné les 24 h du Mans à de multiples reprises étaient des pionnières et utilisaient déjà une boite à double embrayage. Evidement les contraintes pour en faire une boite de série fiable et peu bruyante et en même temps capable d’encaisser les performances du moteur ne sont pas tout à fait les mêmes et c’est bien ce qui retenait Porsche jusqu’à présent. Si à la conduite on gagne en performances il faut bien reconnaitre que la sportivité y perd un peu tout au moins à ce niveau.
 
Pour ceux qui ne le connaissent pas, Walter Röhrl était un des pilotes les plus rapides de sa génération et a remporté le rallye Monte Carlo 4 fois sur 4 voitures différentes : Opel Ascona 400, Fiat 131 Abarth, Lancia 037 et Audi Quattro. On sait moins que c’est sur une 911 qu’il s’est fait remarquer. A la fin de sa carrière, il est devenu pilote d’essai et ambassadeur Porsche.